LIVRES

Publié le par Bernard K

Jean-Luc BANNALEC - Un été à Pont-Aven

 

Ce que dit l’éditeur :

Sur l’auteur :

« Jean-Luc Bannalec est le pseudonyme d’un écrivain allemand qui a trouvé sa seconde patrie dans le Finistère sud. Après Un été à Pont-Aven (2014), il écrit la suite des aventures du commissaire Dupin dans Étrange printemps aux Glénan (2015) puis Les Marais sanglants de Guérande (2016).

Tous ses romans ont paru aux Presses de la Cité. »

 

Sur le livre :

« Alors que le commissaire Dupin, auparavant rattaché à Paris, goûte avec joie aux plaisirs de sa vie finistérienne, il est confronté à l’assassinat du propriétaire du célèbre hôtel-restaurant de Pont-Aven, le Central.

La saison est sur le point de s’ouvrir, et le commissaire va devoir se dépatouiller avec un crime qui le laisse perplexe. Heureusement, il peut compter sur l’appui d’une jeune experte en art. Car tout, ici, se rapporte à Gauguin. Le Central, le meurtre, la vérité. Et le célèbre peintre, à défaut de pouvoir être l’accusé, n’est peut-être pas non plus totalement innocent…

 

« Un pol’art en pays bigouden. » Femme actuelle

« Roman policier, roman de voyage, voire guide touristique, les aventures du commissaire Dupin sentent le sel marin, la houle et le café. »Ouest France »

 

 

J’avais vu il y quelques temps un reportage sur le téléfilm tourné à Concarneau pour la télévision allemande sur les enquêtes d’un commissaire de police français Dupin adapté des romans de Jean-Luc Bannalec. Ce nom bien breton est en fait le pseudonyme d’un écrivain…allemand Jörg Bong. La série télé est un succès en Allemagne à tel point que les Allemands viennent visiter la ville de Concarneau dans le Finistère là-bas tout au bout du monde, célèbre pour sa Ville-Close.

Le site officiel tu tourisme en Bretagne propose dans sa version en langue allemande un «Auf den Spuren Kommissar Dupin » que l’on pourrait traduire par « sur les pas du commissaire Dupin ».

Donc pour quelqu’un qui comme moi à des origines bretonnes et finistérienne quoi de plus tentant que d’acheter un de ces romans.

L’action de ce roman policier se passe donc de nos jours au début de l’été à Pont-Aven. Découverte par hasard par les peintres américains venu étudier en Europe et en France dans la deuxième partie du 19ème siècle, la petite ville fut à partir de 1886 la cité des peintres en particulier grâce à Paul Gauguin, Emile Bernard et Paul Sérusier.

Le roman évoque bien sûr ces peintres de ce qui ensuite fut nommée l’Ecole de Pont-Aven. Ainsi que des auberges qui accueillirent ces peintres.

Jean-Luc Bannalec décrit les alentours de Pont-Aven comme un endroit presque paradisiaque. Un endroit où on a envie de vivre au bord de l’Aven, où tout au moins passer ses vacances. Est-ce cela qui a plu aux Allemands ?

Sans vouloir dévoiler l’intrigue, on est loin de ces psycho-tueurs, de ces descriptions gores des un cadavres, des longues pages sur l’autopsie.

Un petit roman de détente agréable à lire sans se prendre la tête. Et après tout que demande-t-on parfois de plus à un livre ?

Jean-Luc Bannalec - Un été à Pont-Aven

Traduit par : Amélie de MAUPEOU

360 pages

Pocket

 

 

 

 

 

 

Publié dans LIVRES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article