Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean-Baptiste-Camille Corot, Dardagny, Morning

Publié le par Bernard K

Jean-Baptiste-Camille Corot (1796 – 1875), Dardagny, Morning (1853), huile sur toile,  National Gallery, Londres, Angleterre, © Copyright The National Gallery, London 2019

Jean-Baptiste-Camille Corot (1796 – 1875), Dardagny, Morning (1853), huile sur toile, National Gallery, Londres, Angleterre, © Copyright The National Gallery, London 2019

 

La mère du peintre français Jean-Baptiste-Camille Corot était d’origine suisse. Corot fit plusieurs séjours en Suisse en particulier en 1852  et en 1853, date à laquelle fut peint ce tableau.

  Dardagny est un petit village suisse situé à une dizaine de kilomètres à l’ouest de Genève.

Partager cet article
Repost0

Le Connétable Anne de Montmorency

Publié le par Bernard K

Léonard Limosin, Portrait du connétable de Montmorency (1556), Email peint sur cuivre, monture en bois doré, Musée du Louvre, Paris, France, © 1985 RMN

Léonard Limosin, Portrait du connétable de Montmorency (1556), Email peint sur cuivre, monture en bois doré, Musée du Louvre, Paris, France, © 1985 RMN

Ce magnifique émail est un portrait du connétable Anne de Montmorency (1493-1567). Il fut l’ami des rois François Ier et Henri  II. Cet émail est l’œuvre de l’émailleur du roi Léonard Limosin.

Ce chef d’œuvre est le premier émail peint à être retenu pour le musée lors des saisies révolutionnaires.

Partager cet article
Repost0

Utagawa, Kuniyoshi (1797-1861)

Publié le par Bernard K

Utagawa Kuniyoshi (1797 – 1861)

 

Article Wikipédia (non vérifié) « Utagawa Kuniyoshi (1797 – 1861) est l'un des derniers grands maîtres japonais de l'estampe sur bois. Il influença Gustave Courbet, Claude Monet et Auguste Rodin. Il est connu pour ses dessins de chats, ses animaux préférés. Il fit de nombreux pastiches et dessins humoristiques. Kuniyoshi aurait produit environ dix mille estampes. »

Utagawa Kuniyoshi (1797-1861) Etranges médecins célèbres, soignant des maladies graves (Japon), 1850, Gallica / Bibliothèque nationale de France

Utagawa Kuniyoshi (1797-1861) Etranges médecins célèbres, soignant des maladies graves (Japon), 1850, Gallica / Bibliothèque nationale de France

Utagawa, Kuniyoshi (1797-1861), Le moine Mongaku (Japon), 1860, Gallica / Bibliothèque nationale de France

Utagawa, Kuniyoshi (1797-1861), Le moine Mongaku (Japon), 1860, Gallica / Bibliothèque nationale de France

Utagawa, Kuniyoshi (1797-1861)
Utagawa, Kuniyoshi (1797-1861), Portrait formé de figure humaines (Japon), 1847-1852, Gallica / Bibliothèque nationale de France

Utagawa, Kuniyoshi (1797-1861), Portrait formé de figure humaines (Japon), 1847-1852, Gallica / Bibliothèque nationale de France

Partager cet article
Repost0

Paris, Petit Palais Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris. Les antiquités – Les antiquités grecques.

Publié le par Bernard K

Oenochoé, monde grec, 6ème siècle av. J.C., Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris, Paris, France, source : parismuseescollections.paris.fr

Oenochoé, monde grec, 6ème siècle av. J.C., Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris, Paris, France, source : parismuseescollections.paris.fr

Les antiquités – Les antiquités grecques.

La collection des objets des antiquités du monde grecque (comme celle du monde romain) provient du fond légué en 1902 par les  frères Eugène et Auguste Dutuit. Nombre des œuvres proviennent de Sala Consilina, une commune dans la province de Salerne dans la région Campanie en Italie (sud de l’Italie). Sala Consilina est l’un des plus anciens habitats étrusques en Campanie. Il fut un lieu d’échanges entre les élites locales et les colons grecs. Le mobilier funéraire provient des fouilles menées dans une tombe princière.

Oenochoé à figures noires, monde grec, 4e quart du 6e siècle av. J.-C., Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris, Paris, France, source : parismuseescollections.paris.fr

Oenochoé à figures noires, monde grec, 4e quart du 6e siècle av. J.-C., Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris, Paris, France, source : parismuseescollections.paris.fr

Amphore à figures rouges (CVA 306), monde grec, 3e quart du 5e siècle av. J.-C., Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris, Paris, France, source : parismuseescollections.paris.fr

Amphore à figures rouges (CVA 306), monde grec, 3e quart du 5e siècle av. J.-C., Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris, Paris, France, source : parismuseescollections.paris.fr

Amphore de type B (CVA 311), monde grec, 4e quart du 6e siècle av. J.-C., Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris, Paris, France, source : parismuseescollections.paris.fr

Amphore de type B (CVA 311), monde grec, 4e quart du 6e siècle av. J.-C., Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris, Paris, France, source : parismuseescollections.paris.fr

Cratère à colonettes (CVA 326), monde grec, 5e siècle av. J.-C., Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris, Paris, France, source : parismuseescollections.paris.fr

Cratère à colonettes (CVA 326), monde grec, 5e siècle av. J.-C., Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris, Paris, France, source : parismuseescollections.paris.fr

Cratère en cloche (CVA 868), monde grec, 2e quart du 5e siècle av. .J.C., Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris, Paris, France, source : parismuseescollections.paris.fr

Cratère en cloche (CVA 868), monde grec, 2e quart du 5e siècle av. .J.C., Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris, Paris, France, source : parismuseescollections.paris.fr

Lécythe attique à figures noires, monde grec, 4e quart du 6e siècle av. J.-C., Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris, Paris, France, source : parismuseescollections.paris.fr

Lécythe attique à figures noires, monde grec, 4e quart du 6e siècle av. J.-C., Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris, Paris, France, source : parismuseescollections.paris.fr

Lébès gamikos (vase de mariage) à anses dressées (CVA 332), monde grec, 5e-4e siècle av. J.-C., Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris, Paris, France, source : parismuseescollections.paris.fr

Lébès gamikos (vase de mariage) à anses dressées (CVA 332), monde grec, 5e-4e siècle av. J.-C., Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris, Paris, France, source : parismuseescollections.paris.fr

Lécythe aryballisque (CVA 343), monde grec, Milieu du 5e siècle av. J.-C., Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris, Paris, France, source : parismuseescollections.paris.fr

Lécythe aryballisque (CVA 343), monde grec, Milieu du 5e siècle av. J.-C., Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris, Paris, France, source : parismuseescollections.paris.fr

Lécythe attique à figures noires, monde grec, 4e quart du 6e siècle av. J.-C., Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris, Paris, France, source : parismuseescollections.paris.fr

Lécythe attique à figures noires, monde grec, 4e quart du 6e siècle av. J.-C., Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris, Paris, France, source : parismuseescollections.paris.fr

Oenochoé à embouchure trilobée (CVA 315), monde grec, 1er quart du 5e siècle av. J.-C., Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris, Paris, France, source : parismuseescollections.paris.fr

Oenochoé à embouchure trilobée (CVA 315), monde grec, 1er quart du 5e siècle av. J.-C., Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris, Paris, France, source : parismuseescollections.paris.fr

Rhyton attique en forme de tête de bélier (CVA 352), monde grec, 2e quart du 5e siècle av. J.-C., Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris, Paris, France, source : parismuseescollections.paris.fr

Rhyton attique en forme de tête de bélier (CVA 352), monde grec, 2e quart du 5e siècle av. J.-C., Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris, Paris, France, source : parismuseescollections.paris.fr

Tanagréenne  Jeune femme debout portant une coiffe de feutre, monde grec, 4e quart du 4e siècle av.j.C., Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris, Paris, France, source : parismuseescollections.paris.frav. J.-C.,

Tanagréenne Jeune femme debout portant une coiffe de feutre, monde grec, 4e quart du 4e siècle av.j.C., Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris, Paris, France, source : parismuseescollections.paris.frav. J.-C.,

Vénus accoudée à une statue de Némésis, monde grec, 2e moitié du 2e siècle av. J.-C., Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris, Paris, France, source : parismuseescollections.paris.fr

Vénus accoudée à une statue de Némésis, monde grec, 2e moitié du 2e siècle av. J.-C., Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris, Paris, France, source : parismuseescollections.paris.fr

Cratère en calice (CVA 328), monde grec, vers -350 av. J.C., Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris, Paris, France, source : parismuseescollections.paris.fr

Cratère en calice (CVA 328), monde grec, vers -350 av. J.C., Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris, Paris, France, source : parismuseescollections.paris.fr

Petit Palais Musée des Beaux Arts de la Ville de Paris

Avenue Winston-Churchill

75008 Paris

L’accès aux collections permanentes pour les musées de la Ville de Paris est gratuit ; à l’exception du Palais Galliera, des Catacombes et de la Crypte archéologique du parvis de l'île de la Cité. Les expositions temporaires sont payantes.

Partager cet article
Repost0

Le Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris. Son histoire.

Publié le par Bernard K

Le Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris. Son histoire.

Construit pour l’Exposition Universelle de 1900 intitulée «Le bilan d’un siècle », le Petit Palais faisait, partie d’un ensemble composé du Grand Palais et du pont Alexandre III, ouvrages spécialement conçus pour cette exposition. Le Grand Palais et le Petit  Palais sont situés entre l’avenue des Champs-Elysées et la Seine.

Le Petit Palais et le Grand Palais furent érigés à la place du Palais de l'Industrie un bâtiment construit pour l’Exposition Universelle de 1855.

Le palais de l'Industrie à Paris. Exposition universelle de 1855, Alfred Guesdon, Alfred (1808-1876). Dessinateur du modèle, Etienne David (1819-1900) Lithographe, estampe, source : Gallica / Bibliothèque nationale de France

Le palais de l'Industrie à Paris. Exposition universelle de 1855, Alfred Guesdon, Alfred (1808-1876). Dessinateur du modèle, Etienne David (1819-1900) Lithographe, estampe, source : Gallica / Bibliothèque nationale de France

Palais de l'Industrie, Rouargue Dessinateur du modèle, graveur Chamouin. Publié par Chamoüin Rue de la Harpe, 49, estampe, source : Gallica / Bibliothèque nationale de France

Palais de l'Industrie, Rouargue Dessinateur du modèle, graveur Chamouin. Publié par Chamoüin Rue de la Harpe, 49, estampe, source : Gallica / Bibliothèque nationale de France

Paris Avenue des Champs-Élysées et entrée du Palais de l'Industrie, Deroy peintre, Éditeur : Paris E. Morier, 5 rue du Pont de Lodi, estampe, source : Gallica / Bibliothèque nationale de France

Paris Avenue des Champs-Élysées et entrée du Palais de l'Industrie, Deroy peintre, Éditeur : Paris E. Morier, 5 rue du Pont de Lodi, estampe, source : Gallica / Bibliothèque nationale de France

Palais de l'Industrie Entrée principale, Guérard dessinateur du modèle, PH. Benoist Egènes Cicèri  Lithographes, estampe, source : Gallica / Bibliothèque nationale de France

Palais de l'Industrie Entrée principale, Guérard dessinateur du modèle, PH. Benoist Egènes Cicèri Lithographes, estampe, source : Gallica / Bibliothèque nationale de France

Paris Vue des Champs-Élysées et du Palais de l'Industrie, Deroy peintre, Éditeur : Paris E. Morier, 5 rue du Pont de Lodi, estampe, source : Gallica / Bibliothèque nationale de France

Paris Vue des Champs-Élysées et du Palais de l'Industrie, Deroy peintre, Éditeur : Paris E. Morier, 5 rue du Pont de Lodi, estampe, source : Gallica / Bibliothèque nationale de France

Eugène  Atget (1857-1927), Palais de l'Industrie : Démoli novembre 1899, photographie, source : Gallica / Bibliothèque nationale de France
Eugène  Atget (1857-1927), Palais de l'Industrie : Démoli novembre 1899, photographie, source : Gallica / Bibliothèque nationale de France

Eugène Atget (1857-1927), Palais de l'Industrie : Démoli novembre 1899, photographie, source : Gallica / Bibliothèque nationale de France

Pierre Gusman (1862 - 1942) dessinateur, Petit Palais, estampe, Musée Carnavalet Histoire de Paris, Paris, France

Pierre Gusman (1862 - 1942) dessinateur, Petit Palais, estampe, Musée Carnavalet Histoire de Paris, Paris, France

Le Petit Palais a été imaginé par l’architecte Charles Girault (1851 – 1932),  il avait auparavant été chargé de la conception  du tombeau de Pasteur. Par la suite il a beaucoup travaillé en Belgique à la demande du roi Léopold II.

Album de photogravure de l'Exposition universelle de 1900. Le Petit Palais. 8ème arrondissement, Paris (1900), Musée Carnavalet Histoire de Paris, Paris, France

Album de photogravure de l'Exposition universelle de 1900. Le Petit Palais. 8ème arrondissement, Paris (1900), Musée Carnavalet Histoire de Paris, Paris, France

Editions A. Tzdide, Album photographique de l'Exposition universelle de 1900. Champs-Elysées, le Petit Palais. 8ème arrondissement, Paris (vers 1900), photographie, Musée Carnavalet Histoire de Paris, Paris, France

Editions A. Tzdide, Album photographique de l'Exposition universelle de 1900. Champs-Elysées, le Petit Palais. 8ème arrondissement, Paris (vers 1900), photographie, Musée Carnavalet Histoire de Paris, Paris, France

Exposition Universelle de 1900. Le Petit Palais : n°664, Etienne Neurdein  (1832-191?), photographie, source : Bibliothèque numérique de l’INHA – Provenance de l’original : Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts

Exposition Universelle de 1900. Le Petit Palais : n°664, Etienne Neurdein (1832-191?), photographie, source : Bibliothèque numérique de l’INHA – Provenance de l’original : Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts

Exposition Universelle de 1900. Le Petit Palais : n°755, Etienne Neurdein  (1832-191?), photographie, source : Bibliothèque numérique de l’INHA – Provenance de l’original : Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts

Exposition Universelle de 1900. Le Petit Palais : n°755, Etienne Neurdein (1832-191?), photographie, source : Bibliothèque numérique de l’INHA – Provenance de l’original : Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts

Exposition Universelle de 1900. Le Petit Palais, Cour Intérieure : n°626, Etienne Neurdein  (1832-191?), photographie, source : Bibliothèque numérique de l’INHA – Provenance de l’original : Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts

Exposition Universelle de 1900. Le Petit Palais, Cour Intérieure : n°626, Etienne Neurdein (1832-191?), photographie, source : Bibliothèque numérique de l’INHA – Provenance de l’original : Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts

Exposition Universelle de 1900. Porte du Petit Palais : n°663, Etienne Neurdein  (1832-191?), photographie, source : Bibliothèque numérique de l’INHA – Provenance de l’original : Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts

Exposition Universelle de 1900. Porte du Petit Palais : n°663, Etienne Neurdein (1832-191?), photographie, source : Bibliothèque numérique de l’INHA – Provenance de l’original : Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts

Exposition Universelle de 1900. Porte Monumentale du Petit Palais, Cour Intérieure : n°674, Etienne Neurdein  (1832-191?), photographie, source : Bibliothèque numérique de l’INHA – Provenance de l’original : Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts

Exposition Universelle de 1900. Porte Monumentale du Petit Palais, Cour Intérieure : n°674, Etienne Neurdein (1832-191?), photographie, source : Bibliothèque numérique de l’INHA – Provenance de l’original : Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts

Charles Joseph Antoine Lansiaux (1855 – 1939), Le Petit Palais, Intérieur de la cour, péristyle, avenue Alexandre-III (actuelle avenue Winston-Churchill), 8ème arrondissement, Paris, photographie, Musée Carnavalet Histoire de Paris, Paris, France

Charles Joseph Antoine Lansiaux (1855 – 1939), Le Petit Palais, Intérieur de la cour, péristyle, avenue Alexandre-III (actuelle avenue Winston-Churchill), 8ème arrondissement, Paris, photographie, Musée Carnavalet Histoire de Paris, Paris, France

Pour l’Exposition Universelle le Petit Palais accueillit  une grande rétrospective consacrée aux arts décoratifs en France des origines à 1800.

Après l’Exposition le Petit Palais devint « Palais des Beaux-Arts de la Ville de Paris » présentant les collections d’œuvres acquises, commandées ou achetées par la Ville de Paris depuis le XIXème siècle. Par la suite le musée s’enrichit d’œuvres données par les artistes ou les familles d’artistes, par des donations de collectionneurs, par l’acquisition de fonds d’ateliers, ou par des achats.

Les décors des salles ont été confiés à des peintres reconnus, ou pour les vitraux et les mosaïques à des ateliers réputés.

Pendant les Première Guerre Mondiale les œuvres furent évacuées. En 1916 – 1917 une exposition présentant des œuvres provenant des régions dévastées par la guerre fut organisée.

Exposition du Petit Palais, boiseries du choeur de la cathédrale de Verdun, à droite les décorations de la ville, Agence Rol photographie de presse (1916), source : Gallica / Bibliothèque nationale de France

Exposition du Petit Palais, boiseries du choeur de la cathédrale de Verdun, à droite les décorations de la ville, Agence Rol photographie de presse (1916), source : Gallica / Bibliothèque nationale de France

Exposition du Petit Palais, ciboire et intérieur d'autel de Gerbéviller, Agence Rol photographie de presse (1916), source : Gallica / Bibliothèque nationale de France

Exposition du Petit Palais, ciboire et intérieur d'autel de Gerbéviller, Agence Rol photographie de presse (1916), source : Gallica / Bibliothèque nationale de France

Exposition du Petit Palais, cloche (18e siècle), église de Carency, Agence Rol photographie de presse (1916), source : Gallica / Bibliothèque nationale de France

Exposition du Petit Palais, cloche (18e siècle), église de Carency, Agence Rol photographie de presse (1916), source : Gallica / Bibliothèque nationale de France

Exposition du Petit Palais, débris d'une cloche de la cathédrale de Reims, Agence Rol photographie de presse (1916), source : Gallica / Bibliothèque nationale de France

Exposition du Petit Palais, débris d'une cloche de la cathédrale de Reims, Agence Rol photographie de presse (1916), source : Gallica / Bibliothèque nationale de France

Exposition du Petit Palais, fragments de la Vierge qui surmontait la basilique d'Albert (Somme), Agence Rol photographie de presse (1916), source : Gallica / Bibliothèque nationale de France

Exposition du Petit Palais, fragments de la Vierge qui surmontait la basilique d'Albert (Somme), Agence Rol photographie de presse (1916), source : Gallica / Bibliothèque nationale de France

Exposition du Petit Palais, le Christ de l'église de Revigny, Agence Rol photographie de presse (1916), source : Gallica / Bibliothèque nationale de France

Exposition du Petit Palais, le Christ de l'église de Revigny, Agence Rol photographie de presse (1916), source : Gallica / Bibliothèque nationale de France

Exposition du Petit Palais, pieta (16e siècle), église de Souain, Agence Rol photographie de presse (1916), source : Gallica / Bibliothèque nationale de France

Exposition du Petit Palais, pieta (16e siècle), église de Souain, Agence Rol photographie de presse (1916), source : Gallica / Bibliothèque nationale de France

Lors de la Seconde Guerre Mondiale les œuvres furent de nouveau évacuées dans le sud de la France. Le Petit Palais fut occupé par les Allemands. Il fut endommagé lors de la Libération.

Au fil des ans le Petit Palais subit des dégradations et une rénovation fut engagée. Le musée fut fermé au public pour des travaux de 2001 à 2005.

En plus des expositions permanentes, le musée organise des expositions temporaires.

 

Une exposition fut ainsi organisée en 1966 à l’initiative d’André Malraux, alors ministre des Affaires Culturelles, au Grand Palais et au Petit Palais pour commémorer le quatre-vingt-cinquième anniversaire de Pablo Picasso.

 

En 1967 le Petit Palais accueille l’exposition Toutankhamon organisée  par l’archéologue et égyptologue Christiane Desroches Noblecourt.

Les collections présentent des œuvres (arts graphiques, peintures, livres, manuscrits, sculptures) couvrant une période allant de l’Antiquité jusqu’à la fin du XIXème siècle. Les œuvres du XXème siècle et du XXième siècle sont exposées au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris (Palais de Tokyo) dans le 16ème arrondissement.

Le Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris. Son histoire.

Petit Palais Musée des Beaux Arts de la Ville de Paris

Avenue Winston-Churchill

75008 Paris

 

 

L’accès aux collections permanentes pour les musées de la Ville de Paris est gratuit ; à l’exception du Palais Galliera, des Catacombes et de la Crypte archéologique du parvis de l'île de la Cité. Les expositions temporaires sont payantes.

Paris - Attribution Eric Gaba, Wikimedia Commons user Sting

Paris - Attribution Eric Gaba, Wikimedia Commons user Sting

Photos  © Bernard-K.Project (sauf indications)

Partager cet article
Repost0

Francisco Bayeu (1734 – 1773)

Publié le par Bernard K

El pintor Francisco Bayeu

 

« Le 4 aout 1795, mourait le peintre Francisco Bayeu. Sa fille Feliciana Bayeu a commandé à Goya ce portrait posthume pour l'exposer à L'Académie de San Fernando.

Francisco Bayeu né à Saragosse en 1734, a été collaborateur d'Anton Raphael Mengs (considéré à don époque comme le plus grand peintre d'Europe) dans les projets de la décoration du palais nouveau et l'une des figures capitales de l'art de la deuxième moitié du Xviiie siècle, atteignant le poste de peintre de Caméra (1767), directeur de peinture de l'usine de tapisseries de Santa Barbara (1783) et directeur de peinture de L'Académie Royale de San Fernando (1795). Francisco Bayeu était frère du peintre Ramon Bayeu (1746-1793 ) et du chartreux, et aussi peintre, frère Manuel Bayeu (1740-vers 1809), ainsi que beau-frère de Goya, qui s'était marié avec sa sœur Josefa bayeu le 25 juillet 1773. » Notice du Museo Nacional del Prado, Madrid, Espagne

Francisco de Goya y Lucientes (1746 – 1828), El pintor Francisco Bayeu (1795), huile, Museo Nacional del Prado, Madrid, Espagne

Francisco de Goya y Lucientes (1746 – 1828), El pintor Francisco Bayeu (1795), huile, Museo Nacional del Prado, Madrid, Espagne

Francisco Bayeu (1734 – 1773), El puente del Canal de Madrid (1784), huile sur toile, Museo del Prado, Madrid, Espagne

Francisco Bayeu (1734 – 1773), El puente del Canal de Madrid (1784), huile sur toile, Museo del Prado, Madrid, Espagne

Francisco Bayeu (1734 – 1773), Santa Teresa de Jesús en la Gloria (1760 – 1770), huile sur toile, Museo del Prado, Madrid, Espagne

Francisco Bayeu (1734 – 1773), Santa Teresa de Jesús en la Gloria (1760 – 1770), huile sur toile, Museo del Prado, Madrid, Espagne

Francisco Bayeu (1734 – 1773), La Asunción de la Virgen (1760), huile sur toile, Museo del Prado, Madrid, Espagne

Francisco Bayeu (1734 – 1773), La Asunción de la Virgen (1760), huile sur toile, Museo del Prado, Madrid, Espagne

Francisco Bayeu (1734 – 1773), San Francisco de Sales, huile, Museo de Salamanca (dépôt), Salamanque Espagne

Francisco Bayeu (1734 – 1773), San Francisco de Sales, huile, Museo de Salamanca (dépôt), Salamanque Espagne

Francisco Bayeu (1734 – 1773), Merienda en el campo (1784), huile sur toile, Museo del Prado, Madrid, Espagne

Francisco Bayeu (1734 – 1773), Merienda en el campo (1784), huile sur toile, Museo del Prado, Madrid, Espagne

Partager cet article
Repost0

Encore envie de vacances ? Étretat

Publié le par Bernard K

Encore envie de vacances ? Étretat en Seine-Maritime en Normandie

Gustave Courbet (1819 – 1877), La falaise d'Etretat après l'orage (1870), huile sur toile, musée d'Orsay, Paris, France, ©photo musée d'Orsay / rmn

Gustave Courbet (1819 – 1877), La falaise d'Etretat après l'orage (1870), huile sur toile, musée d'Orsay, Paris, France, ©photo musée d'Orsay / rmn

Claude Monet (1840 – 1926), Coucher de soleil à Etretat (1883), huile sur toile, Musée des Beaux-Arts, Nancy, France,  © Mangin, © Phillipot

Claude Monet (1840 – 1926), Coucher de soleil à Etretat (1883), huile sur toile, Musée des Beaux-Arts, Nancy, France, © Mangin, © Phillipot

Partager cet article
Repost0

25 aout 1944

Publié le par Bernard K

25 août 1944

La Libération de Paris

Libération de Paris. La foule place de l'Opéra après la prise de la Kommandantur, Ville de Paris / BHVP / Roger-Viollet

Libération de Paris. La foule place de l'Opéra après la prise de la Kommandantur, Ville de Paris / BHVP / Roger-Viollet

Libération de Paris. Le général de Gaulle devant la tombe du soldat inconnu, Ville de Paris / BHVP / Roger-Viollet

Libération de Paris. Le général de Gaulle devant la tombe du soldat inconnu, Ville de Paris / BHVP / Roger-Viollet

Libération de Paris. Défilé des FFI place de la Concorde, Ville de Paris / BHVP / Roger-Viollet

Libération de Paris. Défilé des FFI place de la Concorde, Ville de Paris / BHVP / Roger-Viollet

Libération de Paris. Passage des blindés américains, Ville de Paris / BHVP / Roger-Viollet

Libération de Paris. Passage des blindés américains, Ville de Paris / BHVP / Roger-Viollet

Foule joyeuse pour la libération sur les Champs-Elysées, © André Zucca / BHVP / Roger-Viollet
Foule joyeuse pour la libération sur les Champs-Elysées, © André Zucca / BHVP / Roger-Viollet
Foule joyeuse pour la libération sur les Champs-Elysées, © André Zucca / BHVP / Roger-Viollet
Foule joyeuse pour la libération sur les Champs-Elysées, © André Zucca / BHVP / Roger-Viollet
Foule joyeuse pour la libération sur les Champs-Elysées, © André Zucca / BHVP / Roger-Viollet
Foule joyeuse pour la libération sur les Champs-Elysées, © André Zucca / BHVP / Roger-Viollet
Foule joyeuse pour la libération sur les Champs-Elysées, © André Zucca / BHVP / Roger-Viollet

Foule joyeuse pour la libération sur les Champs-Elysées, © André Zucca / BHVP / Roger-Viollet

Jean Roubier, Après la Libération de Paris. Place de l'Opéra, la foule écoute le discours du général de Gaulle, Ville de Paris / BHVP / Roger-Viollet

Jean Roubier, Après la Libération de Paris. Place de l'Opéra, la foule écoute le discours du général de Gaulle, Ville de Paris / BHVP / Roger-Viollet

Jean Roubier, Libération de Paris : le défilé sur l'avenue des Champs-Elysées. Les chars de la division Leclerc, Ville de Paris / BHVP / Roger-Viollet

Jean Roubier, Libération de Paris : le défilé sur l'avenue des Champs-Elysées. Les chars de la division Leclerc, Ville de Paris / BHVP / Roger-Viollet

Jean Roubier, Libération de Paris : le défilé sur l'avenue des Champs-Elysées. Le général de Gaulle parmi les personnalités, Ville de Paris / BHVP / Roger-Viollet

Jean Roubier, Libération de Paris : le défilé sur l'avenue des Champs-Elysées. Le général de Gaulle parmi les personnalités, Ville de Paris / BHVP / Roger-Viollet

Journal "Libération" (Edition de Paris) n°6 du 26 août 1944, Musée de la Libération de Paris - musée du Général Leclerc - musée Jean Moulin, Paris, France

Journal "Libération" (Edition de Paris) n°6 du 26 août 1944, Musée de la Libération de Paris - musée du Général Leclerc - musée Jean Moulin, Paris, France

Partager cet article
Repost0

Sainte Claire d’Assise

Publié le par Bernard K

Assise, basilique Sainte-Claire détail de la fresque de la vie de la sainte, de Wikimedia Commons

Assise, basilique Sainte-Claire détail de la fresque de la vie de la sainte, de Wikimedia Commons

« Il n’est pas possible de séparer l’histoire de sainte Claire de celle de saint François d’Assise. Née à Assise, elle a 11 à 12 ans de moins que lui. Elle est de famille noble et lui fils de marchand. Au moment de la « commune » d’Assise vers 1200, soulèvement violent contre le pouvoir féodal auquel participe saint François, les parents de Claire quittent la ville par sécurité et se réfugient à Pérouse, la ville rivale. Ils ne reviendront à Assise que 5 à 6 ans plus tard. Claire ne commence à connaître saint François que vers 1210, quand celui-ci, déjà converti à la vie évangélique, se met à prêcher dans Assise. Elle est séduite par lui et par cette vie pauvre toute donnée au Christ. Elle cherche donc à rencontrer François par l’intermédiaire de son cousin Rufin qui fait partie du groupe des frères. Ensemble, ils mettent au point son changement de vie. Le soir des Fête chrétienne qui commémore l'entrée de Jésus à Jérusalem.Rameaux 1212, elle quitte la demeure paternelle et rejoint saint François à la Portioncule. Elle a 18 ans et se consacre à Dieu pour toujours. L’opposition de sa famille n’y pourra rien. Rapidement d’autres jeunes filles se joignent à Claire, dont sa soeur Agnès, sa maman Ortolana et son autre soeur Béatrice. La vie des « Pauvres Dames » prospère rapidement et d’autres monastères doivent être fondés. Le Pape Innocent III leur accorde « le privilège de pauvreté ». Mais après la mort de saint François, les papes interviendront pour aménager la vie matérielle des Clarisses et leur permettre une relative sécurité. Claire refuse de toutes ses forces. Elle veut la pauvreté totale et la simplicité franciscaine. En 1252, le pape Innocent IV rend visite aux Soeurs, accepte leur Règle de vie et la bulle d’approbation arrive le 9 août 1253. Claire meurt le 11 août tenant la bulle dans ses mains dans la paix et la joie. ». source : eglise.catholique.fr

Sainte Clarisse d’Assise est la sainte patronne de la Télévision, par une lettre apostolique du Pape Pie XII du 14 février 1957.

« On rapporte en effet qu'à Assise, une nuit de Noël, Claire, aditée dans son couvent par la maladie, entendit les chants fervents qui accompagnaient les cérémonies sacrée et vit la crèche du Divin Enfant, comme si elle était présente en personne dans l'eglise franciscaine. Dans la splendeur de la gloire de son innocence et la clarté qu'elle jette sur nos si profondes ténèbres, que Claire protège donc cette technique et donne à l'appareil translucide de faire briller la vérité et la vertu, soutiens nécessaires de la société. »

« Nous constituons et Nous déclarons Sainte Claire, vierge d'Assise, céleste Patronne auprès de Die de la Télévision, en lui attribuant tous les privilèges et honneurs liturgiques qu'un tel patronage comporte, nonobstant toutes choses contraires. »

Donnée à Rome, près Saint Pierre, sous l'anneau du Pêcheur, le 14 février 1957, de Notre Pontifical la 19éme année. PIUS PP. XII.

Source : w2.vatican.va

Partager cet article
Repost0

Au chevet de Notre Dame de Paris – 28 juillet 2019.

Publié le par Bernard K

Le lundi 15 avril 2019 la cathédrale Notre Dame de Paris brulait. Les chaines d’informations diffusaient les images en direct. Par deux fois dans la même soirée le Président Macron se rendait sur le parvis de la cathédrale, et promettait sous le coup de l’émotion que la cathédrale serait reconstruite en moins de quatre ans. Les dons et les promesses de dons affluaient.

Photos prises le 21 avril 2019
Photos prises le 21 avril 2019
Photos prises le 21 avril 2019

Photos prises le 21 avril 2019

Ces derniers jours on apprenait que le chantier était momentanément fermé. Les taux de plomb étaient anormalement élevés aux alentours de la cathédrale et de l’Ile de la Cité, mais au-delà. Il semble que dans deux écoles situées à plus de 800 mètres de la cathédrale dans le VIème arrondissement, le taux de plomb soit très, trop, élevé, sans que l’on soit sûr que cela soit dû à l’incendie. En attendant des mesures et études complémentaires les deux écoles sont fermées et ne rouvriront pas en septembre.

 Il semble que la canicule de ces derniers jours fragiliserait les structures de l’édifice, en effet les maçonneries sont gorgées des eaux déversées par les pompiers pour éteindre l’incendie.

« Mon angoisse c'est que les joints ou les maçonneries, à force de sécher, perdent leur cohérence, leur cohésion, ou leur qualité structurelle et que la voûte puisse tomber » a déclaré cette semaine Philippe Villeneuve l’architecte en chef des monuments historiques.

Au chevet de Notre Dame de Paris – 28 juillet 2019.
Au chevet de Notre Dame de Paris – 28 juillet 2019.
Au chevet de Notre Dame de Paris – 28 juillet 2019.
Au chevet de Notre Dame de Paris – 28 juillet 2019.
Au chevet de Notre Dame de Paris – 28 juillet 2019.
Au chevet de Notre Dame de Paris – 28 juillet 2019.

Quelques photographies de la cathédrale prises le 28 juillet 2019 depuis le quai d’Orléans, dans l’ile Saint-Louis, depuis le pont Saint-Louis, le pont de la Tournelle, le quai de la Tournelle, le pont de l’Archevêché, le pont Sully et le quai de Béthune dans l’ile Saint-Louis.

Au chevet de Notre Dame de Paris – 28 juillet 2019.
Au chevet de Notre Dame de Paris – 28 juillet 2019.
Au chevet de Notre Dame de Paris – 28 juillet 2019.
Au chevet de Notre Dame de Paris – 28 juillet 2019.
Au chevet de Notre Dame de Paris – 28 juillet 2019.
Au chevet de Notre Dame de Paris – 28 juillet 2019.

Photos  © Bernard-K.Project

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>